Blog

Qu’est ce que l’énurésie ?

L’énurésie est la miction involontaire qui arrive durant le sommeil, en l’occurrence généralement la nuit. Celle-ci touche environ 10 % des enfants de 5 à 10 ans avec une prédominance chez les garçons. D’ailleurs on ne peut véritablement parler d’énurésie qu’à partir de l’âge de 5 ans, âge où l’enfant a le contrôle sur ses sphincters.

On va distinguer plusieurs types d’énurésie :

L’énurésie primaire : lorsque l’enfant n’a jamais été “propre”

L’énurésie secondaire : lorsque celle-ci arrive après une période de propreté complète pendant au moins 6 mois.

Qu’elles sont les causes ?

Des facteurs familiaux sont possibles. Un enfant dont un parent est énurétique a quasiment 30% de chance de l’être et le risque atteint 70 % lorsque les deux parents ont eu ce problème.

Dans le cas de l’énurésie primaire, c’est l’immaturité de la vessie qui est souvent responsable. On parle alors d’une immaturité de la vessie qui est un retard des réflexes neuromusculaires contrôlant cette dernière.

Il peut également s’agir d’un trouble hormonal de l’ADH ou Hormone Antidiurétique qui est responsable de la production d’urine. L’enfant peut aussi avoir une petite capacité vésicale ou un seuil d’éveil particulièrement élevé, c’est-à-dire que l’enfant reste endormi malgré les signaux d’alerte de la vessie. La cause peut aussi être un apprentissage inachevé de la propreté, ou le fait de trop boire avant le coucher.

Dans le cas d’une énurésie secondaire, une infection urinaire peut être à l’origine du pipi au lit ainsi qu’un diabète si elle est associée à une production importante d’urine.

Le facteur psychologique intervient principalement dans le cas des énurésies secondaires, mais sont moins fréquentes qu’on ne le pense. Ce sont souvent des changements importants dans sa vie qui sont responsables : naissance d’un enfant, départ d’un proche, maladie dans la famille, problèmes à l’école etc

Quelques conseils

Dans un premier temps il s’agira d’en parler au pédiatre qui fera les examens nécessaires pour éliminer les cause médicales ou physiologiques.

Dans votre attitude il est primordial de rester positif envers votre enfant => Valorisez ses progrès, ses efforts, félicitez le quand le lit est sec.

On a tendance a penser que pour faire de la prévention il faut en parler beaucoup à l’enfant, sauf que dans ce cas il ne faut surtout pas en parler sans cesse, car cela risque d’accentuer encore plus l’énurésie et de créer un blocage, un risque de dévalorisation ou de diminution de l’estime de lui-même.

Instaurer des habitudes : évitez de donner à boire après 17h-18h et faire faire pipi à l’enfant avant d’aller se coucher.

Et enfin la réassurance ! N’hésitez pas à rassurer votre enfant en lui disant que vous allez l’aider, que le chemin peut être long mais qu’il n’y a aucun doute qu’il va y arriver. S’il vous voit confiant il le sera également.

Et n’oubliez pas des thérapeutes peuvent également vous aider dans cette démarche 😉

A bientôt.

Leave a Comment: